Brosse pour les chiens Pékinois

 

 
X
X

 

Cette race doit son nom à Pékin (Beijing), la capitale chinoise. Le pékinois a une apparence vraiment caractéristique.

Les origines du pékinois sont sans doute proches de celles de l'épagneul tibétain, auquel il ressemblait beaucoup lorsqu'il a fait son apparition en Occident dans les années 1860. Depuis, son apparence s'est considérablement modifiée, son profil facial devenant beaucoup plus plat et sa robe, plus fournie. Ce chien était un favori de la cour impériale de Chine: il était confié à des eunuques spécialement mandatés pour leur prodiguer des soins, et le vol d'un pékinois était passible de la peine de mort. Il fut introduit en Angleterre peu après la chute de la dynastie chinoise, lorsqu'un représentant de cette race fut offert à la reine Victoria, qui adorait les chiens. À peu près toutes les bêtes utilisées dans l'évolution des lignées occidentales du pékinois furent acquises au tournant du XX siècle. Après la mon de l'impératrice douairière Tzu Hsi, qui en assura le développement, la race tomba en déclin dans son pays d'origine.

Cet animal plein d'entrain était surnommé à une époque «chien de manche» parce que sa taille lui permettait de loger dans la manche d'un courtisan chinois. Mais un autre nom fut d'abord employé peut le désigner: celui de «chien-lion», en raison de sa longue crinière, un trait qui le distingue toujours. Ce qui semble n'avoir pas changé beaucoup, c'est son tempérament. Le pékinois demeure en effet un excellent compagnon, peut-être pas dans un foyer avec de jeunes enfants, mais sûrement pour un maître plus âgé qui appréciera sa loyauté.

Doté d'un caractère affirmé, voire autoritaire, le Pékinois possède une forte personnalité. D'une dignité presque féline, c'est un chien qui possède naturellement de bonnes manières. Très attaché à son maître, il n'en est pas moins extrêmement têtu. Malgré sa petite taille et son goût du confort, il est sportif et déteste rester à l'écart des activités de son entourage. Malheureusement, la sélection de spécimens d'exposition ayant exagéré l'écrasement de sa face et l'abondance de sa fourrure, il ne peut plus être un compagnon très actif, et les contraintes posées par les soins et l'entretien sont excessives.

Selon des études génétiques récentes, le Pékinois est l'une des plus anciennes races du monde. Originaire de Chine, il vivait au sein de la cour impériale et les Occidentaux ont ignoré son existence jusqu'au milieu du XIX siècle. Même s'il est devenu une star des expositions canines, le Pékinois reste un formidable chien de compagnie.

La couleur de son pelage...

Toutes les couleurs, sauf le marron (foie) et l'albinos. Les robes rouge, fauve, bringée, noire, blanche et parti colore (couleurs bien distinctes) sont parmi les plus appréciées. Les robes unies s'accompagnent souvent d'un masque noir.

Son maître...

Le Pékinois a besoin d'un maître affectueux qui lui consacre suffisamment de temps, car il est très friand de soins, de jeux et de caresses. Il n'est pas le chien idéal des maniaques de la propreté, car il perd ses poils en période de mue et sa fourrure retient toutes sortes de saletés.

L'entretien de son pelage...

Son poil dense réclame un entretien quotidien à l'aide d'une brosse en soie de sanglier et d'un peigne, avec une attention particulière à l'épaisse fourrure derrière les oreilles et sous les aisselles. L'hygiène doit inclure un nettoyage des plis faciaux et une vérification de la propreté de l'anus et de la région péri-anale. Désormais, les Pékinois ont un poil si abondant que leurs maîtres préfèrent souvent une coupe courte, plus commode pour eux et plus confortable pour le chien.

Sa cohabitation avec d'autres animaux...

Le Pékinois s'entend bien avec d'autres animaux, même s'il doit être correctement socialisé aux animaux de petite taille. Il est préférable de ne pas le laisser jouer avec des races turbulentes, car ses yeux sont fragiles. Si vous le promenez à la campagne, surveillez-le à proximité d'animaux de la ferme, car les Pékinois sont toujours prêts à pourchasser le bétail. D'où la nécessité d'une bonne éducation, d'affection pour tous ses membres. Sensible aux manipulations trop rudes, il n'est pas conseillé aux foyers avec des tout-petits, mais apprécie la compagnie d'enfants responsables et attentionnés.

Son milieu...

De son passé de chien sacré, le Pékinois a gardé le goût du confort. Maison à la campagne ou appartement en ville, le Pékinois s'épanouit partout, à condition d'avoir son maître à ses côtés. Il aime s'ébattre dans un jardin et salir sa belle fourrure pour avoir le plaisir d'être ensuite brossé et chouchouté par son maître.

Son foyer d'accueil...

Le Pékinois a tendance à s'attacher très fortement à une personne en particulier mais, s'il est élevé au sein d'une famille, il débordera.

Son besoin d'exercice...

Ce petit chien adore les promenades, mais le poids de sa fourrure et sa fragilité respiratoire l'empêchent d'aller loin. Un adulte en bonne santé peut parcourir plusieurs kilomètres et apprécie les petits parcours d'agilité.

Ses qualités...

Très dévoué à son maître, plein d'allant, intelligent, d'humeur égale, digne, vif, enjoué, sensible et doux.

Ses défauts...

L'entretien de son poil est très contraignant. Sa face écrasée le prédispose à des troubles respiratoires. Il a tendance à ronfler, cracher et éternuer.

Son éducation...

Le Pékinois est intelligent et il apprend vite, mais préfère donner des ordres qu'en recevoir 1 Comme dit un proverbe:»Neuf Pékinois sur dix sont désobéissants et le dixième est vraiment sourd.»11 coopère s'il juge que son maître a de bonnes raisons de lui demander quelque chose. Il aime être admiré; c'est d'ailleurs pourquoi certains individus ont obtenu de bons résultats aux épreuves d'obéissance.

Sa santé...

Le Pékinois est sujet aux difficultés respiratoires, aux coups de chaleur, aux infections oculaires, aux problèmes dorsaux, à la luxation de la rotule, aux affections de l'appareil lacrymal et à des irritations des plis faciaux. Il faut surveiller sa santé.

 
 


 
Création et Référencement ID Agir